Deuil Suicide

> Vivre le deuil > Etapes du deuil

Etapes du deuil


Etapes ; Etats du deuil

Attachement ; Arrachement ; Détachement sont les processus par lesquels nous somme agis tout au long de notre vie

Attachement à la vie, aux personnes et aux biens, Arrachements générés par les pertes successives, Détachement progressif (et non oubli) qui rend possible une reprise de vie.

L’accomplissement de ce que l’on appelle « le travail de deuil » se réalise au terme du processus de détachement.

Arrachement Perte Mort

Les pertes successives de la vie sont des arrachements vécus plus ou moins douloureusement. A l’arrachement ultime causé par la mort, succèdent des phases, des étapes et des états appelées « Etapes du deuil »

Travail de deuil, étapes du deuil

Le choc de l’annonce entraîne une sidération. C’est la première « étape » du deuil : « ce n’est pas possible, ce n’est pas vrai » peut-on entendre à un tel moment. Ces courtes phrases expriment bien l’impossibilité à concevoir l’inconcevable. Que la mort soit attendue ou qu’elle se produise soudainement, ne change rien la plus part du temps : Celui, celle que j’aime m’a été arraché-e, et ne sera plus jamais là. Cette période de choc, de déni, dure la plus part du temps quelques heures ou quelques jours ; généralement jusqu’à la mise en terre ou la crémation. Elle possède une fonction protectrice. En inhibant les affects, elle retarde l’étape suivante, elle offre un peu de répit avant l’irruption de la souffrance.

Ce chagrin surgissant entraîne une période de désorganisation, deuxième étape du processus en cours. Les émotions sont envahissantes. Elles sont nourries par des sentiments de révolte, d’incompréhension, de colère, de désespoir, de honte, de culpabilité, de peur, d’angoisse, de désir de mort …Leur intensité et leur caractère parfois contradictoires épuise la personne qui les subit. Au fur et à mesure du temps qui s’écoule, des épisodes de chagrin aigu laissent place à des phases d’abattements, puis reviennent au premier plan. Les perturbations émotionnelles alternent avec des périodes d’errance intérieure [1]. La personne endeuillée est en quête de son pôle d’attachement : « Reviens …je ne veux pas te laisser partir ou alors, je vais te rejoindre. Rien ni personne ne parvient à me retenir, c’est à toi que je suis attaché-e »

Enfin, au terme de mois et plus fréquemment d’années, la personne en deuil entre dans une troisième et dernière étape, dite de réorganisation. La traversée était longue et douloureuse mais elle a abouti. Il y a eut un avant, il y a un après. Des pôles d’attachement ont été redéfinis, des priorités modifiées, des croyances choisies à nouveau ou rejetées. La nouvelle personne peut, non sans douleur mais avec une paix retrouvée, « faire avec ». Les phases de déni ou de chagrin violent sont derrière. C’est l’aboutissement du processus de détachement.

Notes

[1] Bibliographie Marie-France Augagneur

Ajoutez un message

1 Message


retour



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Partenaires | Nous contacter